Sigales réalise vos cartes de terroirs!
Logo Sigales
» Retour à la page d'accueil

Nos références

Les sols du canton du Valais


Le Valais compte environ 5200 hectares de vignes de Viège au Lac Léman, le long de la haute vallée du Rhône en Suisse.
Au coeur des Alpes, le vignoble valaisan s'accroche à flanc de montagne dans des pentes très fortes, souvent supérieures à 30%. Dans les secteurs les plus escarpés, les fameux tablars, d'incroyables terrasses faites de murs en pierres sèches, sont véritablement gagnés sur le rocher. Ces multiples parchets de vigne participent au charme et aux paysages de cette région aux perspectives naturelles déjà superbes.
La haute montagne et ses sommets englacés ne sont pas si loins, néanmoins la vallée garde un climat favorable, relativement sec et très ensoleillé. Il permet de cultiver de très nombreux cépages (près d'une cinquantaine!) dans une gamme d'altitude large (entre 400 et 1000 mètres).
Paysage viticole à Saillon


L'étude des terroirs viticoles valaisans a été menée sur 3 ans, entre les printemps 2004 et 2007. Les étapes traditionnelles du déroulement d'une étude ont été respectées pour les 27 secteurs prédéfinis. Une planification en 2 temps avait été testée, avec tout d'abord 8 zones pilotes, très différentes puis une extension à tout le canton.

Au total, pas moins de 450 profils pédologiques et 3500 observations de surface et carottages à la main, ont été nécessaires pour dresser la cartographie du vignoble.
Des centaines de vignerons, parmi les plus connaisseurs et les plus curieux, ont été impliquées tant lors des réunions en salle que pour les visites de fosses dans les parcelles.
Vignes et terrasses à Sion
En plus d'être riche et variée, la géologie du Valais est facilement observable. Contrairement à d'autres régions où une végétation dense est omniprésente, les roches, les failles, les plis sont ici assez bien visibles et les points de vue sont nombreux et accessibles.
C'est une région charnière de la chaîne alpine, où l'on peut observer les trois grandes zones que sont l'helvétique (externe), le pennique (interne) et l'austro-alpin (orientale). Rappelons que les Alpes sont nées de la collision de l'Apulie (actuelle Italie) avec le continent européen.
Outre un panel de roche des plus variés, le Valais possède, de par ses reliefs escarpés et ses hautes altitudes, un large éventail de dépôts quaternaires (morainiques, fluvio-glaciaires, laves torrentielles, glissements, éboulements, loess, alluvions, ...).
Le  glacier du Rhône a joué un rôle fondamental au cours des derniers millénaires. La puissante langue de glace dont il ne subsiste aujourd'hui qu'un maigre résidu tout au bout du canton, ne s'est retirée qu'il y a moins de 15 000 ans. Tel un vigoureux rabot, le glacier a d'abord décapé les roches de leurs sols anciens, puis il a laissé ses dépôts morainiques lors de son retrait.
Disséminés juste après la fonte des glaces, les loess (limons éoliens) sont bien souvent indétectables car masqués par des éboulis. Compte tenu des reliefs très prononcés, éboulements, glissements, éboulis et autres cônes torrentiels affectent bien des versants.
Mer de vignes à Fully dominée par les rochers
Les sols caillouteux profonds d'éboulis calcaires concernent près de 20% des surfaces, répartis entre les tabliers en pentes fortes et certains cônes de déjection. Les épandages caillouteux peu ou pas calcaires (éléments cristallins ou très schisteux) touchent près de 10% du vignoble. L'éboulement de Sierre-Salgesch, aux sols très calcaires représente lui, un peu plus de 10% des vignes, très localisés entre Randogne et Varen.
Les loess purs ont été trouvés sur 140 hectares, en particulier à Fully et Saillon. Toutefois, ils interviennent plus ou moins nettement dans 400 hectares supplémentaires tout au long de la vallée. Les sols vraiment morainiques couvrent environ 12% des coteaux, dont une petite majorité est issue de moraines de fond, surtout en Valais central (Conthey, Ayent ou Ollon par exemple).
Vendanges en vignoble de pente
Les grands cônes torrentiels peu pentus, ainsi qu'une partie des alluvions du Rhône, donnent des sols extrêmement caillouteux sur près de 400 hectares. Outre ces terrains issus de formations superficielles, des sols souvent peu ou moyennement profonds sont issus de calcschistes et de calcaires durs à débit en plaquettes. Ils concernent 1000 hectares de vignes, dont 350 s'enracinent dans des sols de schistes argileux particulièrement feuilletés. Terrasses escarpées à Sion

Pour consulter les résultats de l'étude géopédologique, voici l'accès au site de l'Etat du Valais.

Viticulture de montagne en Valais


Sigales - Etudes de Sols et de Terroirs
Sigales - 38410 St Martin d'Uriage